7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

7 applications possibles de la technologie blockchain

Anticiper Par Charlotte Laurent 22 février 2017

Pxsmdxg2opwkxhgl8h6r

Ah si toutes les mains du monde pouvaient se blockchainer ensemble ! 

twitter blockchaintechno
1 2 3 4 5 6 7

Elle 'pourrait changer le monde' pour The Economist. Demain, nous parlerons peut-être de 'blockchainisation' de l'économie (ceci est un néologisme). Voici 7 secteurs que cette technologie pourrait bouleverser.

Pour commencer, si vous n'avez jamais entendu parler de cette technologie ou si vous n'avez absolument rien capté à cette histoire de chaîne de blocs, lisez nos 7 questions pour enfin comprendre la blockchain. Mais si vous avez déjà saisi tout le potentiel de cette nouvelle disruption numérique, découvrez 7 domaines qu'elle risque de sérieusement révolutionner à l'occasion de la sortie de La Blockchain décryptée, les clefs d'une révolution (Blockchain France et Netexplo).

1 La fin des banques ?

W2luyzjwiyi3kpg0bla1

Si c'est Morpheus qui le dit...

dr

La blockchain remet en cause l'existence même de tiers dits "de confiance". Or, l'affaire Kerviel et autres histoires d'évasions fiscales ont mises à rude épreuve la confiance du public envers les banques. De quoi faire dire à l'économiste Philippe Herlin que "les banques sont ubérisables", notamment en raison des "coûts d'intermédiation très faibles des services fondés sur le bitcoin, par rapport aux frais bancaires." Et le monde des Fintech, qui veulent révolutionner la finance, est déjà en pleine explosion : la start-up Slimpay a ainsi réalisé 4068 % de croissance en seulement 4 ans ! Pas moins de 95 % des banques estiment ainsi qu'elles pourraient perdre une partie de leurs activités au profit de ces entreprises innovantes. Mais d'autres pourraient tirer leur épingle du jeu : Selon une étude du cabinet d’audit Accenture, la blockchain pourrait permettre aux banques d’investissement d’économiser plusieurs milliards d’euros par an. 

Mais la révolution blockchain dans l'univers de la finance n'est pas pour tout de suite selon les auteurs de La Blockchain décryptée. Limites techniques et volatilité des crypto-monnaies freinent son expansion. Pas de quoi empêcher les banques de se pencher sérieusement sur le sujet : une quarantaine d'entre elles – dont Goldman Sachs, HSBC et BNP, par exemple – se sont ainsi regroupées en consortium autour de la start-up R3 CEV pour imaginer les nouveaux standards d'une blockchain partagée entre les établissements bancaires. Affaire à suivre.

2 Ubériser Uber, blouser BlaBlaCar et berner Airbnb

Eanppcpyiuzmrjmxhh7k

Quand Arcarde City se moque d'Uber, voilà ce que ça donne.

Dr

Airbnb, Uber, BlaBlaCar… Ces plateformes ont toutes un point commun : elles sont des intermédiaires qui centralise l'information et les interactions entre les utilisateurs, captant au passage une commission, soit une partie de la valeur qui transite sur leur plateforme. Avec la technologie blockchain, plus besoin de ces intermédiaires. 

Le projet Arcade City, un "Uber-killer", en est le meilleur exemple. A sa tête ? Un ancien chauffeur Uber, Christopher David. Son application décentralisée veut connecter chauffeurs et utilisateurs en peer-to-peer. Ce ne serait donc pas Arcade City qui fixerait les prix : chauffeurs et utilisateurs se mettront d'accord en fonction de l'offre et de la demande. Et Christopher David n'est pas le seul à vouloir s'attaquer aux géants de l'économie du partage à grands coups de blockchains. La'Zooz compte bien rivaliser avec Blablacar, et le fondateur de Slock.it, Stephan Tual, espère  "remplacer Airbnb".

3 Le marché de l'énergie locale désintermédié

Le réseau électrique actuel repose sur une logique unidirectionnelle, du producteur vers le consommateur. Le problème, c'est qu'avec le développement de l'auto-production, certains consommateurs équipés de panneaux solaires deviennent des producteurs. Comment les relier au réseau ? C'est tout le défi de smart grids, dont l'intelligence permettrait d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande. Expérimentés en local, ces smart grids pourraient prendre une toute autre dimension avec la technologie blockchain. 

Le SolarCoin – une monnaie virtuelle – peut ainsi permettre d'effectuer des transactions d'électricité entre particuliers. Leur objectif, à terme, "est de parvenir à un véritable marché de l'énergie locale désintermédié, où offre et demande seuls fixeront les prix". Un projet similaire a vu le jour à Brooklyn au début de l'année. TransActive Grid combine énergie renouvelable et économie du partage. Grâce à son "microgrid", cinq maisons de President Street peuvent échanger de l'énergie en temps réel, sans intermédiaire, avec cinq autre habitations… de l'autre côté de la rue !

En France, Bouygues Immobilier a mis met en place à Lyon un démonstrateur pour un réseau local décentralisé d'énergie. Comme l'explique l'expert Pierre Paperon : "La technologie blockchain est utilisée pour sécuriser la vente et le partage des énergies produites par les immeubles. C'est la blockchain de l’énergie qui va permettre cette autoconsommation, maintenant légale, au sein du même quartier de l’énergie photovoltaïque produite par chaque immeuble. "

4 Des assurances automatisées en pair-à-pair

Qs9jj6it0aiefsguvzln

Vous faites plus confiance à vos pairs ou à un assureur ?

shutterstock

"La blockchain, en faisant office de tiers de confiance automatisé, ouvre la voie à une diminution des coûts de structure tout en fiabilisant et en accélérant les processus de décision", analysent les auteurs de La Blockchain décryptée. Imaginez. Vous êtes agriculteur, et signez un "smart contract" avec un assureur, stipulant qu'un versement est effectué après 30 jours sans précipitations. Après un mois de sécheresse, paf, l'entité qui gère ce smart contract, baptisé "oracle", déclenche automatiquement le paiement grâce à des données externes sans que vous ayez besoin de déclarer ou de revendiquer quoi que ce soit. C'est l'assurance dite paramétrique, ou indicielle. Automatique et ultra-sécurisé, elle est aussi bien plus rapide pour l'assuré. 

Autre exemple : La Blockchain décryptée raconte que lors d'un hackathon organisé à Londres en 2015, une équipe est partie du constat que 60 % des passagers assurés contre le retard de leur vol ne réclamaient jamais leurs indemnités. Elle a alors imaginé un système d'assurance basé sur la blockchain qui dédommageait automatiquement chaque voyageur en cas de retard, sans que celui-ci n'ait besoin de remplir le moindre formulaire. "L’apport de la blockchain consiste ici à générer la confiance et la sécurité nécessaires pour automatiser les phases déclaratives sans avoir recours à un tiers", explique l'ouvrage. Une technologie qui pourrait aussi donner un coup de pouce aux modèles collaboratifs, des systèmes où les primes versées par les assurés réunis en groupe servirait à payer – de manière automatisée et fiable – leurs indemnisations, sans aucun organe central de contrôle. 

De quoi piquer la curiosité des grands assureurs historiques comme Axa, qui a investi en février dernier pas moins de 55 millions de dollars dans un des leaders de la technologie blockchain, la société canadienne Blockstream. Et la France n'est pas en reste : la start-up marseillaise KeeeX propose une solution basée sur la blockchain du Bitcoin qui permet d'obtenir la preuve d'existence et d'authenticité d'un document. "Ça intéresse les collectivités, mais aussi les maîtres d'œuvre  pour éviter la malfaçon", nous confie Laurent Henocque, son fondateur. Elle a déjà convaincu l'école de management de Marseille qui l'a choisie pour certifier les diplômes de ses étudiants et compte bien séduire les assureurs en leur permettant d'obtenir des preuves de sinistre, par exemple.

5 Médicaments traçés et dossiers médicaux certifiés

Xvfwxgis2rkx6todeklm

La blockchain pourrait permettre de tracer toutes ces pilules.

L'aspect "distribué" de la blockchain – différents exemplaires de la base de données existent simultanément sur différents ordinateurs (lire aussi En quoi cette technologie est-elle révolutionnaire ?) – peut faire de cette technologie un moyen efficace de lutter contre la contrefaçon de médicaments. Tracés par son biais, ils pourraient tous être inscrits dans une unique base de données accessibles aux laboratoires pharmaceutiques comme aux particuliers. Ce même système pourrait également s'appliquer aux dossiers médicaux : La Blockchain décryptée évoque le partenariat conclu entre le gouvernement estonien et la start-up Guardtime, chargée de sécuriser pas moins d'un million de dossiers. 

Ce nouvel outil de traçabilité et de certification peut aussi s'appliquer à d'autres biens que les médicaments. La start-up Everledger utilise ainsi la blockchain pour combattre la fraude dans l'industrie du diamant. En recensant les transactions diamantaires dans un registre numérique immuable et inaltérable, celle-ci espère, une fois la base de données suffisamment déployées, dissuader les fraudeurs. Car, demain, un vendeur pourra se voir obligé de donner la preuve cryptographique qu'il possède bien le diamant qu'il cherche à écouler. Selon La Blockchain décryptée, Everledger a commencé à travailler avec plusieurs compagnies d'assurance et est aussi en discussion avec des sites d'e-commerce comme Amazon ou Ebay pour empêcher la revente d'objets volés. Mais la start-up espère surtout investir tout le secteur du luxe.

6 Officialiser et sécuriser les cadastres

Dans de nombreux pays en développement, certaines terres ne sont pas enregistrées dans une base de données officielles. Certains habitants n'ont donc même souvent pas de véritable adresse. En Afrique, par exemple, 90 % des territoires ruraux ne sont pas inscrits dans un cadastre. Une absence de sécurité foncière qui, selon les auteurs de La Blockchain décryptée, "freine les investissements nécessaires au développement de la productivité agricole" et limite le développement du e-commerce, par exemple, "puisqu'il est tout simplement impossible aux foyers de se faire adresser des colis". Sans compter que cela limite le recours à l'emprunt pour les particuliers et peut être la source de conflits. 

Ainsi, au Ghana, la start-up Bitland propose d'enregistrer les actes fonciers sur une blockchain. En 2015, le gouvernement du Honduras a fait répertorier l'intégralité de son territoire sur une blockchain grâce à l'organisme Epigraph pour éviter que les plus riches ne s'octroient des propriétés qu'ils ne possèdent pas.

7 L'avènement de la méritocratie au travail

Qui dit désintermédiation dit changement de paradigme décisionnel et organisationnel. Dites au revoir aux hiérarchies pyramidales à la papa. Nous allons (peut-être) entrer dans l'ère de la gouvernance et de la gestion décentralisée. La société Backfeed, fondée sur la technologie blockchain, a pour ambition de permettre une redistribution de la valeur créée par le groupe en fonction de la contribution de chacun. L'idée ? Plus vous vous investissez dans un projet donné, plus votre rétribution sera importante. En résumé, c'est travailler plus pour gagner plus à la sauce collaborative. Ouishare, le think tank de la société collaborative, a d'ailleurs testé sa plateforme clé en main pour l'organisation de son festival annuel cette année. 

La blockchain prend donc la place du patron. Les collaborateurs sont libres de créer ou rejoindre un projet et d'y travailler. Les contributions de chacun sont documentées pour pouvoir ensuite rétribuer chaque participant à la hauteur de son investissement. Terminé les pirouettes lors des entretiens annuels d'évaluation : la méritocratie ultime est en marche.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

En vidéo

Plus d'articles dans Anticiper

Partager 144 Linkedin white 63 Facebook white Twitter white Email white Plus white