7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

7 conséquences imprévisibles de la victoire de Fillon à la primaire de la droite

Décoder Par Eric Le Braz 27 novembre 2016

Xfepeprjxpw4gb5qxb7b
capture ecran bfm TV
1 2 3 4 5 6 7

Toutes les cartes sont redistribuées. La présidentielle vient de commencer ce 27 novembre. Mais rien n’est joué…

Il a été très fort. Il ne s’est jamais démonté. Il a fait la meilleure campagne. Il a su caresser son camp dans le sens du poil. Et il a récolté plus de deux tiers des votes de la droite. Cette victoire inattendue il y a encore deux semaines est de surcroit spectaculaire.

Mais c’est aussi un trompe l’œil. 4 millions de votants n’en font pas 36 (le nombre d’électeurs en 2012).

Le triomphe de François Fillon à la primaire de la droite, c’est la victoire du meilleur candidat de droite, mais est-ce le meilleur candidat pour la droite ? Pas certain car il déclenche au moins sept conséquences imprévisibles

1 Marine Le Pen peut s’inquiéter

Oipostfetnevmhdcefix

La victoire de Fillon, ce n'est pas la nouvelle la plus apaisante pour Marine Le Pen...

En ponctionnant un quarteron d’anciens frontistes (Jacques Bompart, Aymeric Chauprade, Carl Lang), en se faisant adouber par le spectral  idéologue de la droite hors les murs Patrick Buisson et enfin en grappillant le soutien du pittoresque boutiniste Jean-Frédéric Poisson, François Fillon fait ses emplettes sur les bordures politiques du FN. Le soutien affiché de la Manif pour tous et même du groupe ultra islamophobe Riposte laïque, la bienveillance de la fachosphère et l’appui de la cathosphère ne font pas du social killer sarthois un nazillon masqué, loin de là. Mais cet agrégat d’alliés n’est pas la meilleure des nouvelles pour Marine Le Pen.

Car cette joyeuse bande est aussi le fond de commerce de la nièce Marion Maréchal Le Pen. Et celle-ci s’en est bien rendue compte en avouant que Fillon posait « un problème stratégique » à son camp. En siphonnant une part historique de l’électorat FN, le champion de droite peut mettre en danger la présence de Marine Le Pen au deuxième tour (et il le dit d’ailleurs souvent lui même). 

2 Marion Maréchal Le Pen peut se positionner

Vs9evhr88amv1epnbln6

En 2022, ce sera la France tout court... ?

Pour contrer Fillon, Marine devra compter sur le soutien de Marion. Or celle-ci a déjà fait savoir qu’elle avait piscine : « J’ai déjà beaucoup d’activités, a-t-elle expliqué. Et je suis mère aussi. Je ne souhaite pas que ma fille m’appelle "Madame" à la fin de la campagne. » Oui, elle a de l’humour la petite. Et elle pense aussi à 2022…

Car si la stratégie Philippotine  laïcarde et disons plus sociale que celle de Fillon échoue, Marion pourra faire valoir que c’est son tour car ce sont ses idées qui ont triomphé… chez l’adversaire. Et on a l’habitude de détrôner l’ancêtre dans la famille.

3 Emmanuel Macron est soulagé

Rnc9if5rurk3bcncehiz

Pas encore d'affiche pour Macron. Les news s'en chargent...

Avec Alain Juppé porte étendard de l’identité heureuse, la mission aurait été presque impossible pour Emmanuel Macron.  Avec un candidat de droite bien à droite comme Fillon, le candidat qui n’est ni à gauche ni à droite peut espérer rafler la mise chez les centristes. D'ailleurs il leur a tendu la main dès le résultat de la primaire sur tous les plateaux télé.

Effrayés par la purge libérale promise et embarrassés par les valeurs réacs du candidat de droite, les électeurs orphelins de Juppé ont un jeune homme présentable et relativement neuf vers qui se tourner. Son programme est réformateur sans être brutal et ses valeurs compatibles avec le centre humaniste. Sauf si...

4 François Bayrou peut se réveiller

Hj23guk8lpl9558vnz72

Faudra trouver de meilleurs slogans la prochaine fois, François...

Et il y croit encore le bougre. Il avait promis qu’il se présenterait si Sarkozy l’emportait. Il avait juré qu’il soutiendrait Juppé. Il n’avait rien prévu pour Fillon mais il a déjà prévenu qu’il jugeait son  "programme dangereux". 

Dans un intéressant article d’Atlantico, on en apprend beaucoup plus sur les envies du Maire de Pau. Il se sent tout requinqué par la surprise Fillon. Quant à Macron... Même pas peur. L’éternel candidat à la présidentielle est persuadé qu’il va se faire  Le Mairisé  car il ne repose sur rien et va "s'effondrer sur son propre vide" . 

Pour s’en convaincre, il cite un poème de Jean Tardieu intitulé La Môme Néant : "Quoi qu’a dit ? A dit rin. Quoi qu’a fait ? A fait rin. A quoi qu’a pense ? A pense à rin. Pourquoi qu’a dit rin ? Pourquoi qu’a fait rin ? Pourquoi qu’a pense à rin ? A’xiste pas"..

C’est mal parti pour un ticket centriste en 2017 ! Ce qui est certain en revanche, c’est que Juppé a soutenu Fillon du bout des lèvres avant de lui serrer la main du bout des doigts. Alors...

5 Jean-Luc Mélenchon est conforté

Rjnpwpa4pyarjv02yvdn

Voilà, ça c'était en 2012. En 2017, il tombe la cravate...

La droite éternelle contre la gauche old school. C’est un scénario pas totalement improbable pour le second tour. Face à Fillon, Mélenchon peut se présenter sous son jour le plus favorable et rafler la mise chez l’électorat populaire. Certes, tous les candidats à sa droite sont des cibles, mais celle-ci est la plus facile à atteindre. D’autant qu’au delà des clivages idéologiques évidents, il en est un autre totalement absent de la primaire de la droite ; l’écologie. Sur ce terrain, le candidat de la France insoumise est irréprochable face au candidat du lobby nucléaire, des pesticides, des OGM et de l’abrogation du principe de précaution. Maintenant, il faudrait qu'il soit un peu plus diplomatique qu'avec Cohn Bendit quand il croise un écolo.

Reste à savoir pour qui va voter wikil.. heu Poutine.

6 Valls, Hamon et Montebourg vont se rassurer

N5kuwwcdq16phzc8aywa

Les slogans redeviennent de gauche.

Indécrottable optimiste, François Hollande juge que la désignation de François Fillon est une bonne nouvelle.  

Mise à jour : c'était pour mieux nous embrouiller

Manuel Valls, lui, considère que « c’est un adversaire sérieux pour la gauche ». Sous entendu : il faut un candidat aussi sérieux que moi en face.

Montebourg et Hamon se sont aussi positionnés mais on les a à peine entendus. C’est normal, on n’entendait pas Fillon non plus il y a quelques semaines. Il reste que pour les candidats à la primaire de gauche, un candidat aussi clivant est aussi une bonne nouvelle pour celui qui sortira vainqueur du scrutin. S’ils ne sont pas trop écharpés avant…

7 François Fillon n’a pas gagné

Cajwf0jma56wlyhd4nsf

"J'aurai besoin de tout le monde"... oui, mais c'est pas gagné.

Capture écran BFM TV

C’est le noyau dur de la droite qui a triomphé. François "Nicolas" Fillon va revenir se présenter en avril avec quelques sarkozystes dans sa besace gouvernementale. Il prendra certainement les plus présentables (Luc Chatel, Eric Woerth…), voire quelques lieutenants de Juppé. Mais ça ne suffira pas.

Car aujourd’hui, tout est possible. Les experts pronostiquaient un deuxième tour Le Pen/Juppé. L’un des deux est déjà éliminé. L’électorat n’est pas seulement volatil, il est volage. Des électeurs de gauche et du FN se sont invités à la primaire de la droite. La réciproque pourrait se produire à la primaire de la gauche.

Tout en ponctionnant une partie de l’électorat frontiste, François Fillon peut perdre en mobilisant une masse d’électeurs contre lui. Si Marine Le Pen s’effrite, une composante de l’électorat centriste voire de gauche qui était prêt à voter Juppé trouvera un autre champion.

Les adversaires peuvent très bien s’annihiler entre eux. Mais on va parier plutôt le contraire. Un ou deux favoris vont émerger et cristalliser les votes.

Fillon n’a mobilisé, par un vote d’adhésion, que le  cœur du réacteur de l’électorat de droite. Dans les sondages de sortie de vote, 50 % des électeurs de Juppé le choisissaient par rejet de Fillon… Ils auront le choix en avril pour se reporter sur d’autres prétendants. Et le scrutin pourrait se jouer avec quelques candidats oscillant entre 15 et 20 %. Tout est possible. Y compris que la gauche éparpillée façon puzzle parvienne à se rassembler !

Bref on ne connaît pas encore le prochain locataire de l’Elysée. Mais on a appris que les prévisions du printemps, de l’été, de l’automne… pouvaient se révéler fausses en Novembre. On imagine aujourd’hui que la météo de Novembre ne préjuge pas celle de Mai...

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

En vidéo

Plus d'articles dans Décoder

Partager 9 Linkedin white 3 Facebook white Twitter white Email white Plus white