7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

7 raisons d’aller applaudir Vinvin

Découvrir Par Hervé Resse 01 avril 2016

Awraknhqtsjv0au1lsi5
Cyrille de Lasteyrie
1 2 3 4 5 6 7

Dans son nouveau show, la star du web taille un costard aux gourous du développement personnel. 

Avec sa complice, Stéphanie Jarroux, il présente chaque lundi, au Point Virgule, et jusqu’à fin juin, une conférence singulière et drolatique. Imaginez une manière de guide de développement personnel, malmené par un émule des Monty Python. Ça s’intitule « Il est où le bonheur ? (DTC) », la signification des trois lettres étant sue de tout aficionado des réseaux sociaux. Laissons aux autres les joies de l’éventuelle découverte. 

Et citons parmi bien d’autres, 7 raisons impératives d’aller applaudir Vinvin, également connu dans le monde réel sous son véritable patronyme, Cyrille de Lasteyrie du Saillant… et après je ne sais plus. Bien plus long que ça, mais à retenir… compliqué…. Disons « Vinvin ». 

1 Parce que Vinvin est un aspirateur à empathie

« Le monde se divise en deux », comme disait l’autre. Ceux qui rament pour ouvrir un compte sur la nouvelle appli qui compte. Et ceux qui aussitôt y affichent des followers par légion, sans débourser un rond. Vinvin est ce genre de star du web. Moins connu, certes, que tant de people qui n’ont jamais rien fait. Mais star en vrai, au sens de gars qui brille. Et j’ai compris pourquoi. 

Cet homme construit son personnage en suscitant, titillant, développant notre empathie. Il l’aspire. Empathie seulement, mais empathie quand même… Les gens ont envie de le kiffer, pas forcément pour le sexe, (on sait désormais qu’il a les pieds plats), mais pour partager ses vannes, son sens aigu de l’absurde et ses grincements de molaires. Et plus encore, ce regard acéré qui n’a même pas besoin de dire du mal, pour qu’on saisisse qu’il n’est pas dupe. Jamais. 

Il est sans le savoir une vivante illustration de ce que René Girard appelait “mimésis d’appropriation” (si, si) : on a envie de posséder ce truc, que lui, là… il a.

2 Parce qu’il est un vivant exemple que le web mène à tout, à condition de savoir s’en servir (et en sortir)

Sincrgdqenq7ttraadzy

Dix ans que ça dure. Nous avons successivement :

1. Lu et suivi son blog, à la préhistoire des réseaux sociaux.

2. Ricané de ses vidéos du samedi, quand il racontait des absurdités du fond de sa baignoire, avec les yeux en trous de pine de celui qui aurait siphonné la Vodka jusqu’à l’after.

3. Applaudi son blog en globish, « Bonjour America », lorsqu’il expliquait notre France aux Ricains qui n’y comprenaient goutte… jusqu’à ce qu’une chaîne tv de là-bas le découvre, et s’enthousiasme. Explosion d’audiences, feu d’artifice.  

4. Pisté à distance dans sa vie d’entrepreneur du web aux States, puis…

5. … à son retour, en présentateur du Vinvinteur, sur la Cinquième, nippé en capitaine Haddock ou Jack Sparrow ; pour en venir à… 

6. … ses premiers pas dans le one-man-show, sous la bienveillante férule de Michèle Laroque. « À mon cher Moi », une heure à pérorer … sur les conditions d’exécution de son proche enterrement. Régal. 

Et 7, dernier épisode en cours, cette conférence un rien décalée : « Il est où le bonheur ? » Un genre de Ted X où Paolo Coelho finirait, sous nos yeux, empalé, pour la plus grande joie des petits et des grands.

3 . Parce que son nouveau show n’est pas que drôle ou amusant : il est fin-fin.

Waoozqazahkyfevuxk2d

Il est des gens qui, sans avoir prononcé le moindre gros mot, se dévoilent pour ce qu’ils sont : vulgaires. Et d’autres qui, osant les pires insanités, jamais ne vous sembleront hors limites. C’est l’une des pires inégalités en ce monde, parmi les plus injustes. Une des plus acceptables aussi. Mais il s’en faut de quoi ? Question de “forme” ? Peut-être. Un sourire, une étincelle dans l’iris qui désarme et vous réduit à tout pardonner. Moui… 

Plus encore, il s’agit d’une affaire “de fond”. Il y a chez nous  cette épidémie d’un désir de “développer” notre “personnel”, mieux vivre nos vies en lâchant prise, tout en polissant notre leadership, of course. Et ce bougre de Vinvin moque, avec justesse et déraison ces névroses postmodernes qui hantent nos ribambelles de bobos beaux et bios. Tous ceux qui vont nez collé au nombril, et n’en finissent plus de déborder d’enfants surdoués et de projets d’avenir. (Au reste, si vous avez des projets de passé, passez nous voir, vous nous expliquerez.)

4 Parce qu'entre nous, le développement personnel… hein…hein…

Qrjczjdkknhklytgowjt

S’ils avaient les bollocks, les gens de Psychologies magazine parraineraient Vinvin. Ils lui laisseraient une chronique mensuelle en vidéo. Il y ferait la nique à tous les Christophe André, tous les psys, coachs et autres rebouteux du mental. Et tous se retrouveraient ramenés à leur vraie dimension de vendeurs de poudre de perlimpinpin du mieux-être et de la zénitude… Vinvin va jusqu’à moquer les 4 accords Toltèques. C’est dire qu’il ne respecte rien. Heureusement je n’en ai pas fait une affaire personnelle, comprenne qui pourra.

5 Parce qu’avec talent, il ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.

Xquveahgx3f4niz8t29k

On connaît la formule d’Audiard. On ne vous fera point l’affront de la rappeler, sinon pour la prendre à l’envers. Vinvin est un homme rare : il va au bout de tout ce qu’il entreprend. Un jour je parie qu’il présentera les Césars, ou mieux, tiens, les Grammy Awards, histoire de remettre un truc en or à son héros de toujours, Bobby D, à moins que je ne sombre ici dans un début de confusion. Vinvin va au bout de tout ce qu’il entreprend. 

À cet égard, il pourrait devenir agaçant. Chauffer les oreilles de nombre d’entre nous, pour qui la procrastination est plus qu’une seconde nature, une raison d’être. D’être pas grand-chose, c’est déjà épuisant. Lui, non. Et loin de lui en tenir grief, nous lui en sommes reconnaissants. Car il démontre, par a=b, que si on était moins ceci, et un peu plus cela, on oserait, on y arriverait peut-être, et le monde tournerait bien mieux. Même El Khomri pourrait s’imaginer ministre.

6 Parce qu’il a “aussi” la vraie noblesse, celle de l’âme.

À deux pas de Charlie Hebdo, je l’ai vu le 15 janvier 2015, faire rire aux éclats les médecins d’une ONG de taille mondiale, quand tous étaient arrivés avec 2 de tension. Avec élégance et brio, il leur avait parlé de la mort en un soir où c’était le pire sujet à poser sur le billard. Mais il est comme ça, monsieur le Prince (ou Marquis, je ne sais plus). Il a cette vraie noblesse de l’âme. Celle qui le pousse à faire progresser la cause des handicaps, via cette web-série déconnante et profonde, qui s’intitule « J’en crois pas mes yeux ». Essayez-la, chaque épisode vous rend meilleur. Ce type n’a qu’un gros défaut, il peine à distinguer Dylan de Christophe Mae. Mais je crois qu’il le fait aussi un peu exprès.

7 Parce que c’est mon ami… mais pas que...

Tout ce qui précède sent un peu son copinage. Je n’irai point le nier, d’autant qu’il y a des témoins. Mais c’est ainsi que la boucle est bouclée… et qu’Allah est grand, comme concluait jadis, chaque semaine, Alexandre Vialatte en ses Chroniques de la montagne : tout le monde rêve d’être ami avec Vinvin, et j’ai un petit peu cette chance.

Personne n’irait lui reprocher jusqu’à la pire de ses blagues limites. Lorsqu’il narrait naguère une visite improbable chez son proctologue, on entendait glousser les bourgeoises, qui s’esclaffaient joyeuses et sans barguigner. Je n’en connais pas d’autre qui puisse oser ce genre de simili macarena, dans une improbable ambiance de disco régionale, sans que quiconque songe un instant à prendre les jambes à son cou. Telle est la magie du mec né pour être artiste : il évolue en funambule entre tous les degrés de l’humour, aérien dans la boutade et taquin dans la cruauté, sans jamais se prendre les pieds (plats) dans le tapis. Fidèle en somme à ses maîtres Idle, Jones, Gilliam et les autres.  Allez-y, c’est jusqu’à la fin juin, au Point Virgule. Après, il fera autre chose. Cyrille ne passe jamais deux fois par la même case départ. Mais c’est Vinvin mille à chaque fois.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

En vidéo

Plus d'articles dans Découvrir

Partager Linkedin white 54 Facebook white Twitter white Email white Plus white